Culture à l’école

Les tarifs pour le programme « Culture à l’école » sont fixés à 325$ / jour pour un maximum de trois animations d’une durée de 1 heure, plus un supplément pour l’achat de matériel.

Certains ateliers clé en main inspirés de mon travail en art visuel sont disponibles, mais n’hésitez pas à me proposer des thématiques variées ou à communiquer avec moi pour l’élaboration d’un projet adapté à vos besoins.

J’offre mes services principalement dans la région des Laurentides.

Pour visiter ma page sur le site du ministère cliquez sur l’image!

EXEMPLES D’ATELIERS:
Les cœurs qui s’emballent

Il s’agit de la création d’autoportraits symboliques, réalisés en techniques mixtes, inspirés de la série d’œuvres du même titre et se réfèrent à l’image du cœur pour illustrer les passions et le sentiment du bonheur.

Organe vital et siège des émotions, on dit de lui qu’il s’emballe lorsque ses battements augmentent sous l’effet d’une sensation émotive de forte intensité. La forme du cœur et les éléments de la nature s’associent dans les œuvres afin d’illustrer l’idée du cœur qui s’emballe pour ces petites choses qui nous rendent heureux. Présentés à la manif d’Art 8 en 2017.

Après une courte présentation ou l’artiste explique sa démarche et la notion d’autoportrait symbolique, les élèves sont invités à créer leur propre auto-portrait avec, pour point de départ, une forme de cœur humain vide. À l’aide de photographies personnelles, de découpages dans des magazines, de dessins ou de différentes techniques (à discuter selon les besoins), les élèves sont amenés à créer un dessin ou collage qui représente leurs centres d’intérêt et leur personnalité unique réunis dans la forme d’un cœur humain. Pendant la réalisation, les élèves sont initiés à différentes techniques utilisées en peinture et techniques mixtes. Ils utilisent des crayons, de la peinture et différents moyens d’expression pour faire ressortir les formes et les idées de leurs collages et œuvres respectives. Initiation possible aux techniques suivantes : glacis, lavis, création de textures ou transfert photo, selon le groupe. Durée : variable selon les techniques choisies. Possibilité d’apporter un ou plusieurs tableaux en classe, utilisation d’un tableau blanc souhaité pour la présentation.

 

Le zoo imaginaire

Après une courte présentation de son travail avec support visuel, des tableaux ou photographies, l’artiste demande aux élèves d’imaginer un zoo hors de l’ordinaire et de nommer différents animaux qui pourraient l’habiter.

Chaque élève est alors invité à choisir un animal qu’il souhaite représenter pour le projet. En groupe, on se questionne sur les éléments à illustrer (corps, tête, yeux, pattes, ailes, bec, museau, etc.). Le matériel est présenté et distribué étape par étape. L’artiste annonce d’emblée la nature du projet collectif, les élèves sont informés que leurs œuvres seront transformées en cours de route. À l’aide de supports visuels, l’artiste demande aux élèves d’identifier des motifs qui pourraient leur servir à illustrer les différentes caractéristiques de leur animal (lignes, rayures, pois, cercles, etc.). Les élèves sont alors invités à dessiner leur animal sur du papier cartonné rigide, à l’aide d’un crayon noir, en suivant le gabarit de base prédéfini (forme ovale qui sert de base au dessin du corps). Une fois le dessin terminé, l’illustration est complétée par l’ajout de couleurs en utilisant de la peinture ou des crayons de couleurs. Dans le cas de peinture de type aquarelle et pastel à l’huile, le crayon gras offre une certaine résistance à la peinture à base d’eau qui permet aux élèves une créativité dans l’application de la couleur.

Des variantes techniques peuvent être proposées selon les groupes d’âge. Pendant l’activité, l’accent est mis sur une représentation imaginaire de l’animal par opposition à une représentation formelle. Chaque œuvre terminée est découpée et divisée en deux parties égales, selon le gabarit prédéfini au départ. Les œuvres sont disposées sur le sol et, à tour de rôle, les élèves sont invités à inter changer des parties d’œuvres pour créer de nouvelles espèces animales hybrides. Une fois toutes les œuvres réorganisées, on discute du processus de création, des découvertes réalisées, des possibilités infinies de combinaisons.

On s’amuse à trouver des noms aux espèces créées. Cette activité peut être réalisée en collaboration avec d’autres disciplines du domaine artistique ou scolaire. Par exemple l’enseignant de français pourrait demander aux élèves de produire un texte décrivant les caractéristiques, la personnalité et l’histoire d’un des animaux créé pendant l’activité, en mathématique on pourrait essayer de déterminer le nombre de combinaisons possible etc…